ADEME Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie

L'ADEME en Midi-Pyrénées

Changement climatique

Contexte régional

Le changement climatique : un constat qui fait désormais consensus

Il existe aujourd’hui, à l’échelle mondiale, un large consensus sur la réalité du changement climatique.
À titre d’exemple, la France connaît ainsi une augmentation des températures supérieure au réchauffement global de la Terre. La température moyenne annuelle a, en effet, augmenté de 0,95 °C sur le territoire français entre 1901 et 2000 contre +0,6 °C à l'échelle de la planète.

Il en est de même sur l’origine anthropique de ce phénomène.
En effet, dans son 5ème et dernier rapport, le GIEC (groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) estime qu’il y a plus de 95 % de probabilités que les gaz à effet de serre émis par les activités humaines soient responsables de l’essentiel du réchauffement observé depuis le milieu du 20ème siècle.
Ces gaz sont principalement issus de combustibles fossiles (pétrole, gaz, charbon).

Mobilisation générale pour lutter contre le changement climatique

Mobilisation internationale

Afin de lutter contre le changement climatique à l’échelle mondiale, les pays industrialisés ayant ratifié le protocole de Kyoto (1997) se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre sur la période 2008-2012 par rapport à leur niveau de 1990.

Toutefois, les règles du protocole de Kyoto ne s’appliquant plus au-delà de 2012, les discussions sur l’après Kyoto sont actuellement engagées.

La conférence mondiale sur le climat (la COP 21, c'est à dire la 21e Conference Of the Parties des Nations Unies sur les Changements Climatiques), organisée à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015, a pour objectif la signature d’un accord international juridiquement contraignant sur le climat, applicable en 2020, qui permettra de contenir le réchauffement global en deçà de 2 °C d’augmentation de la température moyenne de la planète entre le début de l’ère industrielle et la fin de ce siècle (2100).

Mobilisation européenne

À l’échelle européenne, les 27 Pays-membres de l’Union européenne ont adopté, en 2008, le « paquet climat-énergie » au travers duquel ils s’engagent, à l’horizon 2020, à :

  • réduire de 20 % leurs émissions de gaz à effet de serre,
  • améliorer de 20 % leur efficacité énergétique,
  • porter à 20 % la part des énergies renouvelables dans le bouquet énergétique.

Mobilisation française

En France, la loi de programme du 13 juillet 2005 fixant les orientations de la politique énergétique pour la France fixe les objectifs suivants :

  • diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2050 (objectif du "facteur 4") ;
  • réduire en moyenne l’intensité énergétique de 2 % tous les ans, jusqu’en 2015 ;
  • produire 23 % des besoins énergétiques français à partir de sources d’énergie renouvelable à l’horizon 2020.

Par ailleurs, le plan national d’adaptation au changement climatique (PNACC), publié le 20 juillet 2011, a pour objectif de présenter des mesures concrètes pour préparer la France, pendant les cinq années à venir (de 2011 à 2015), à faire face et à tirer parti de nouvelles conditions climatiques.

Mobilisation régionale

En Midi-Pyrénées, l’ADEME – en partenariat avec l’État, la Région et l’ARPE – engage également, à son niveau, des actions auprès de l’ensemble des acteurs du territoire, que ce soit au travers d’approches territoriales, sectorielles, collectives ou individuelles.

En effet, notre région est particulièrement sensible aux effets du réchauffement climatique.
C’est l’une des régions de France qui s'est le plus réchauffée au cours du siècle dernier (réchauffement de 1,1 °C en moyenne en Midi-Pyrénées). Et certaines zones (Pyrénées, plaines centrales) connaissent déjà les impacts du changement en cours : événements extrêmes (canicules, inondations, feux de forêts), transformations régulières irréversibles (modification des ressources en eau, déplacement des zones de culture, dégradation de la biodiversité…).

Pour toutes ces raisons, la région a donc un rôle particulier à jouer en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Augmentation de la température moyenne à Toulouse (source : Météo France)

La température moyenne annuelle a augmenté de 1,1 ºC entre 1900 (12,5 ºC) et 2000 (13,5 ºC) dans le sud-ouest de la France avec une accélération du phénomène ces 10 dernières années. Concernant les précipitations la tendance est moins nette (Source : rapport de l'OREMIP 2008).

Recul des glaciers pyrénéens

1911

2001

Le glacier d'Ossoue illustre bien la régression récente des masses glaciaires pyrénéennes. Entre 1911 et 2005, le glacier a reculé de 450 mètres et sa superficie est passée de 90 à 50 hectares. En 2006, une prospection radar a permis d'estimer l'épaisseur maximale du glacier à environ 50 mètres (Source : rapport de l'OREMIP 2008 - Association Moraine).